La Collégiale Sainte-Waudru -WBT - J.P. Remy
La Collégiale Sainte-Waudru -WBT - J.P. Remy

Journées Églises Ouvertes “FIL ROUGE” samedi 5 et dimanche 6 juin 2021

Chaque année, les Journées des Eglises Ouvertes mettent à l’honneur le patrimoine religieux le premier week-end de juin.
Pour cette 14e édition, puisez votre inspiration en suivant “le fil rouge

Les Eglises en Hainaut

Les églises sont des lieux publics tant pour le droit administratif que pour le droit canonique. Elles relèvent du domaine public et, à ce titre, elles se doivent d’être ouvertes à tous.

Une église ne vaut pas seulement en raison de sa fonction liturgique. Si importante et si nécessaire qu’elle soit, sa fonction est beaucoup plus large et répond à des besoins profonds. Affectées au culte catholique, les églises ne sont pas réservées aux catholiques et encore moins aux catholiques pratiquants. On aboutit à cette situation lorsque l’on ferme les églises. […] 

La vocation des édifices religieux ne peut d’aucune façon être restreinte à la seule célébration eucharistique. La mission des responsables de ce patrimoine est d’ouvrir les églises et non de les fermer. 

Basilique Saint-Christophe - WBT - JL Flémal

Pourquoi ferme-t-on les églises ?

Par crainte du vandalisme et du vol. L’essentiel de ces vols est pourtant effectué dans des églises fermées. Une église fermée sécurise les voleurs plus que le bâtiment. On ferme les églises, parce qu’on n’a pas les moyens financiers, diton, pour y installer un système de protection efficace et adapté. On ferme également les églises parce que la police le demande.

Fermer une église, qu’est-ce que cela signifie ? 

Cela signifie qu’on réduit sa signification à celle d’un local qui contient un patrimoine. Fermer une église, c’est privilégier l’accessoire, au détriment de l’essentiel. C’est faire de l’église un musée, un lieu mort. 

Au nom de la protection d’un patrimoine mobilier, on laisse mourir tout un patrimoine spirituel, à mes yeux plus important, puisque l’autre n’avait été réalisé que pour lui. Ce patrimoine spirituel, immatériel vaut certainement la peine que l’on s’y attarde et qu’on le laisse parler à tous.

Quelques églises ouvertes chez nous avec des activités particulières

Eglise Saint Pierre Lessines

Du Rouge du vert

Malgré les destructions de 1940, l’église Saint-Pierre conserve quelques pièces anciennes de textiles liturgiques, sauvées du désastre. Tant l’église provisoire que l’édifice restauré et rouvert au culte en 1952, ont reconstitué une garde-robe impressionnante, riche de plusieurs centaines de pièces. À travers trois expositions, de 2020 à 2022, ce sont quelques pièces de ces ornements s’échelonnant du XVIIIe au XXIe siècle qui sont présentés dans la chapelle Sainte-Barbe, se muant pour l’occasion en une gigantesque vitrine. L’exposition « De rouge et de vert », opus 2 de la trilogie, est consacrée aux textiles utilisés pour les fêtes de l’Esprit et des martyrs – ce que fut l’édifice de 1940 à 1950, ainsi qu’à la couleur du Temps ordinaire, également signe d’espérance. L’exposition est accessible gratuitement, du 1er mai au 5 septembre 2021.

Chimay : Notre Dame de Scourmont

A quelques pas de l’Auberge de Potauprès, partez à la découverte des pères trappistes, 

L’église est celle de l’abbaye des pères trappistes de Chimay. La communauté y est installée depuis 1850. L’église fait partie d’un ensemble de bâtiments dont l’hôtellerie et les habitations des pères. L’église a fait l’objet au cours des années de plusieurs remaniements et restaurations.

Aujourd’hui, elle présente une belle allure marquée par une absolue sobriété. L’intérieur invite au recueillement et à la prière. On a privilégié l’option d’un grand dépouillement cistercien. Très peu de statues. De hauts piliers et murs tout blancs. Stalles en chêne des moines qui se réunissent pour la prière 7 à 8 fois par jour, tournés vers le chœur dominé par un Christ en croix d’une grande simplicité. Belle résonance des chants liturgiques grâce à une acoustique particulière avec un très long écho.

Les visiteurs peuvent assister aux offices.

 

 

La Louvière : Eglise du monastère

Originairement, cette chapelle faisait partie du monastère des religieuses clarisses construit en 1930. Après 1945, l’église était ouverte au public pour le quartier.  En 1993, l’ensemble du bâtiment a été acheté par la paroisse Saint-Joseph qui y accueille le centre pastoral, une librairie diocésaine et un centre d’entraide sociale.

La chapelle reste ouverte aux fidèles. La grille en fer forgé à l’entrée représente la cène. A l’intérieur, plusieurs statues de saints comme Claire, François ou Colette sont mises à l’honneur. Dans le cloitre de l’ancien monastère, de belles et émouvantes céramiques de Max van der Linden, racontant notamment des épisodes de la vie de saint François, sont visibles.

Charleroi  : Eglise Saint Christophe

Située au cœur de la ville, sur la place Charles II, face à l’hôtel de ville, l’église Saint-Christophe est très particulière dans son architecture : chapelle de garnison à l’origine, église dès 1669, de style baroque longtemps, elle a subi plusieurs modifications et restaurations dont la plus spectaculaire a eu lieu dans les années 50 et qui lui donne aujourd’hui une allure de basilique byzantine.

Elle se présente en forme de croix sous coupole centrale : d’un côté, un axe ancien avec des éléments de l’église du XVIIIe siècle (avec notamment une toile du peintre carolorégien Navez) et de l’autre un axe nouveau, moderne, comprenant une grande mosaïque de 200 m2 placée derrière le nouveau chœur. Cette mosaïque, composée de millions de petits blocs de verre coloré ou recouverts d’une mince feuille d’or est l’élément le plus impressionnant de l’église. Cette composition de Jean Ransy réalisée par un atelier de Venise est une illustration du texte de l’Apocalypse de saint Jean. Dans cette partie récente, on remarquera aussi des fresques murales représentant les Béatitudes, les vitraux illustrant des passages de la Bible, la belle rosace du jubé, l’orgue rénové en 2003, les sobres stations du chemin de croix.

Comines Warneton : Eglise Saint Pierre et Paul

Viste, Quizz, expo ..

CIRCUIT

05 juin 2021 : 09.00 – 19.00
06 juin 2021 : 09.00 – 19.00

 

Parcours tout public. Quiz historique et culturel.
Gratuit

Contact

Office du Tourisme de Comines-Warneton
+32 56 55 56 00
info@visitcomines-warneton.be

 

Plusieurs fois incendiée, endommagée et entièrement détruite au cours de la Première Guerre mondiale, l’église actuelle a été construite après celle-ci, en style d’inspiration romane et byzantine. Comme l’édifice est imposant, on l’appelle communément la « cathédrale de la Lys », même si ce n’est pas le siège d’un évêché.

On remarquera le mobilier Art nouveau en céramique flammée, notamment le maître-autel, le banc de communion, la chaire de vérité, les confessionnaux. A voir aussi, les belles stalles en chêne (1714) qui proviennent de l’ancienne abbaye du lieu, les fonts baptismaux et le lutrin également de style baroque.

La crypte contient deux tombeaux polychromés du 14ème siècle dont celui de Robert de Cassel , fils du comte de Flandre.

FRANCOIS-XAVIER ALLARD

Abbaye de Scourmont - WBT - Olivier Legardien